Où en est la coopération militaire franco-allemande ?

La coopération militaire franco-allemande se traduit actuellement à tous les niveaux, de manière bilatérale ou dans le cadre des organismes multinationaux.

Le 17 Mars 2021 dernier, les députés de la commission de la Défense et des forces armées ont eu l’occasion de faire passer une audition à l’Inspecteur général Eberhard Zorn, l’équivalent pour l’Allemagne de notre chef d’Etat-major des armées. la venue de ce militaire – le plus haut gradé de son pays – s’inscrivait dans un contexte où la coopération franco-allemande est devenue une nécessité. Cet exercice inédit, a ainsi pu rappeler, en temps de crise, l’importance de l’amitié franco-allemande.

En effet cette coopération étroite, rappelons-le, n’a pas toujours été acquise. Pour le général Zorn, « L’Europe, avec ses valeurs communes, n’a pas toujours été une Europe de la paix. Un lien aussi étroit ne naît  pas spontanément, il demande beaucoup de travail ». Ainsi, après trois guerres en moins d’un siècle, nos deux pays se sont tout d’abord rapprochés par le biais économique avec  la signature de la CECA (Communauté européenne du Charbon et de l’Acier) en 1950 qui a lancé la construction européenne. Ensuite vint, en 1963, le Traité de l’Élysée qui scella définitivement, au niveau politique, l’amitié franco-allemande. Enfin, en 2019, Angela Merkel et Emmanuel Macron signèrent le Traité d’Aix-la-Chapelle qui prévoit notamment une accentuation de notre politique de défense commune. Pour le président, ce traité vise à compléter celui de 1963 en l’approfondissant : « Le traité de 1963 a été un traité de réconciliation. Aujourd’hui, il s’agit d’un traité de convergence ».

La coopération militaire franco-allemande se traduit actuellement à tous les niveaux, de manière bilatérale ou dans le cadre des organismes multinationaux. Les militaires de nos deux pays sont ensemble au sein des brigades franco-allemandes, lors des exercices de l’Union Européenne ou dans des Opex (opérations extérieures). Au Sahel, les deux pays œuvrent pour apporter la paix et empêcher la région de devenir un sanctuaire djihadiste, un foyer de criminalité organisé et le point de départ de millions de migrants fuyant une région dévastée. L’Allemagne contribue largement à cela au sein de la Mission de Formation de L’Union Européenne pour les forces maliennes (EUTM) ou avec la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies (la MINUSMA), dans laquelle elle est le premier contributeur. L’implication de la Bundeswehr au Sahel agit en complémentarité avec la force Barkhane pour l’amélioration des conditions de vie des sahéliens et pour la sécurité des européens.

Or, il reste encore de nombreux progrès à accomplir. La part de financement consacré à la défense s’intensifie partout dans le monde, on encourt donc le risque d’un déclassement technologique qui se traduirait par un déclassement stratégique. Nous devons ainsi le meilleur équipement possible à nos militaires qui risquent leur vie à combattre de nouvelles menaces. La France et l’Allemagne doivent alors chercher à s’équiper, d’où les projets communs que représentent le Système de combat aérien du futur (le SCAF), le char de combat MGCS, l’hélicoptère Tigre, ou encore l’Eurodrone. L’autonomie européenne en matière d’armement ne devrait pas être effective avant 2040, d’où la nécessité d’une vision commune de long terme. De plus, au Sahel, l’Allemagne compte accentuer sa présence, notamment au sein de la Task Force Takuba menée par la France, mais le général Zorn précise tout de même que « cela relève d’une décision politique qui doit être soutenue par notre Parlement ». 

Ainsi, la présence historique du Général au sein de cette commission a permis de renforcer l’amitié franco-allemande tout en favorisant une meilleure compréhension entre nos deux pays. Le Chef d’Etat-Major des armées françaises, François Lecointre, sera également auditionné par la commission de la défense du Bundestag le 24 Mars 2021, tout comme sont prévues de futures rencontres entre  les parlementaires de nos deux pays. La coopération militaire semble donc en bonne voie !

Autres articles